Etel Adnan

par Elisabeth Lebovici

(Critique d'art, N°45 - automne 2015)

Etel Adnan (1925-) peint et écrit. Les identités de « poète » ou « peintre » ne sont pas l’affaire des personnes « de sa génération », des filles élevées à Beyrouth, alors sous mandat français. « Ma mère était grecque de Smyrne. J’ai grandi en parlant grec, j’ai parlé arabe dans la rue et j’ai appris le français, obligatoire à l’école des Sœurs. Mon père était Syrien musulman, il parlait turc avec ma mère. J’ai perdu une identité simple et claire mais gagné une immense richesse culturelle en ayant à la maison deux religions et trois langues. » Etel Adnan parle et écrit en arabe, français et anglais.
Son trilinguisme s’exprime dans sa vie [...]


Portrait complet [PDF] 61.2 KB

Etel_adnan_site

Etel Adnan © Pirkle Jones, avec l’aimable autorisation de l’artiste

Voir aussi...

Archives de la critique d'art