Pour une musique écologique - Max Neuhaus / For an Ecological Music - Max Neuhaus

par Daniele Balit

(Critique d'art, N°44 - printemps 2015)

Le silence est statique alors que les sons, bruits et odeurs sont dynamiques. C’est Carlo Carrà qui l’affirme en 1913, en estimant que le moment est arrivé pour la peinture, cet art du silence, de quitter son espace hiératique pour se lancer à la conquête des espace-temps accélérés de la société moderne. Le langage pictural doit dès lors être capable d’exprimer un « équivalent plastique » de la variété des stimulations sensorielles offertes par la ville moderne, avec ses « théâtres, salles de musique, cinémas, maison-closes, gares routières, ports, garages, hôpitaux, industries » [...]
/

Silence is static whereas sounds, noises and smells are dynamic. It was Carlo Carrà who declared as much, in 1913, reckoning that the moment had come for painting, that art of silence, to leave its hieratic space and launch itself into the conquest of modern society’s speeded-up space/time-frames.The pictorial languages must henceforth be capable of expressing a “plastic equivalent” of the variety of sensory stimulations offered by the modern city, with its “theatres, music-halls, cinemas, brothels, harbours, garages, hospitals and industries” [...]

Texte intégral [PDF] 77.4 KB

Siren1_web

Max Neuhaus, Spaces Sound Burst at an Optimum Distance Irregardless of Speed, Siren Project, Drawing #1, 1991. Ink and colored pencil on paper, 31 x 110 cm © Estate Max Neuhaus

Voir aussi...

Archives de la critique d'art